Pneumologie

La pneumologie est la spécialité médicale qui concerne les pathologies des voies respiratoires basses (l’ORL s’appliquant aux voies respiratoires hautes) : bronches, poumons, enveloppes des poumons (plèvres). Le spécialiste de la pneumologie est le pneumologue.
Les principales pathologies concernées par la pneumologie sont :

  • infections : pneumonie, bronchite… ;
  • asthme ;
  • emphysème ;
  • broncho-pneumopathie chronique obstructive 
  • fibrose ;
  • pleurésie ;
  • pneumothorax ;
  • cancer (dans ce cas, le pneumologue travaille avec des spécialistes en cancérologie).

 

Apnée du sommeil

Apnées du sommeil et analyse de la respiration

 

Un enregistrement du sommeil peut être pratiqué pour rechercher des pauses respiratoires pendant le sommeil, c’est-à-dire un syndrome d’apnées du sommeil. Une affection qui atteint environ 5 % des adultes.

Broncho-pneumopathie chronique obstructive

J’ai une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

 

La BPCO, ou broncho-pneumopathie chronique obstructive, atteint en France plus de 3 millions de personnes. Il est essentiel, lorsqu’on en est atteint, d’arrêter le tabac qui en constitue la principale cause.

Qu’est-ce que la broncho-pneumopathie chronique obstructive?

La BPCO est due à une obstruction permanente et progressive des voies aériennes. Sous l’effet le plus souvent de toxiques comme le tabac (ou de polluants professionnels), une inflammation se développe au niveau de la paroi des bronches dont le calibre se réduit. Les bronches s’épaississent, fabriquent davantage de mucus. Les petits sacs (alvéoles), qui assurent les échanges gazeux, sont détruits (emphysème), et l’élasticité du tissu pulmonaire est altérée.

Comment se manifeste la BPCO ?

La broncho-pneumopathie chronique obstructive se manifeste par une toux matinale, des expectorations (crachats), un essoufflement. Aux stades évolués, les malades ont du mal à réaliser leurs occupations quotidiennes (insuffisance respiratoire).
Toutefois, au début, la maladie est silencieuse et seule une mesure du souffle peut la déceler.

En quoi consiste la mesure du souffle ?

On vous demandera de souffler le plus fort et le plus longtemps possible dans un embout relié à un appareil de mesure (spirométrie). Le test de mesure du souffle peut être complété par d’autres examens respiratoires (pléthysmographie) pour apprécier la gravité de la maladie, par une radiographie pulmonaire pour vérifier que vous n’avez pas d’autres lésions, ainsi que par des examens sanguins (mesure des taux d’oxygène et de gaz carbonique dans le sang artériel) pour apprécier le retentissement de la BPCO sur les échanges gazeux.

Quels sont les traitements de la BPCO ?

  • L’arrêt du tabac est impératif. Faites-vous aider pour arrêter le tabac car cela ralentit la progression de votre maladie, et ce même si vous fumez depuis longtemps.
  • Si vous êtes exposé à des polluants professionnels, consultez le médecin du travail pour éventuellement adapter ou changer votre poste.
  • Faites-vous vacciner contre la grippe et le pneumocoque car les infections aggravent la BPCO.
  • Votre médecin vous prescrira des inhalations en aérosol de médicaments bronchodilatateurs de courte durée d’action à prendre en cas d’essoufflement, ou lorsque la maladie s’aggrave ; et des bronchodilatateurs de longue durée d’action, souvent en association à des médicaments corticoïdes, à prendre tous les jours.
  • La pratique d’une activité physique régulière est recommandée aux stades précoces de BPCO.
  • Une fois le handicap respiratoire apparu, une kinésithérapie ou une réhabilitation respiratoire vous aideront à vous entraîner de nouveau à l’effort et à mieux faire face à votre maladie. Dans les stades évolués, vous aurez besoin d’oxygène : vous aurez une bouteille d’oxygène chez vous et vous vous administrerez l’oxygène par un tuyau à mettre dans le nez.

·        Fibrose pulmonaire

·        Fibrose pulmonaire, définition et traitement

·         

·        Dans cette maladie, le tissu pulmonaire se rigidifie en se transformant en tissu fibreux. Ce qui perturbe les échanges respiratoires. Beaucoup de fibroses pulmonaires restent de cause inconnue.

·        Infection pulmonaire

·        Infection pulmonaire, définition et traitements

·         

·        Les infections pulmonaires sont courantes mais peuvent être graves chez les personnes fragilisées. Définition de la pneumopathie infectieuse et traitements possibles.

·        Fibrose pulmonaire

·        Fibrose pulmonaire, définition et traitement

·         

·        Dans cette maladie, le tissu pulmonaire se rigidifie en se transformant en tissu fibreux. Ce qui perturbe les échanges respiratoires. Beaucoup de fibroses pulmonaires restent de cause inconnue.

Quand parle-t-on de fibrose pulmonaire ?

On parle de fibrose pulmonaire lorsque se développe dans le poumon du tissu fibreux qui remplace peu à peu le tissu normal. Certaines fibroses pulmonaires résultent d’une toxicité de médicaments ; d’autres sont associées à des maladies auto-immunes, c’est-à-dire des maladies dans lesquelles notre système immunitaire attaque nos organes.
Parfois, on ne retrouve pas de cause et on parle de « fibrose pulmonaire idiopathique » (FPI). La FPI est une maladie rare (1 personne sur 2 500 à 1 sur 7 000 personnes), d’origine inexpliquée, qu’on rencontre plus volontiers après la soixantaine.

Comment se manifeste la fibrose pulmonaire ?

La fibrose pulmonaire se traduit par un essoufflement progressif et une toux sèche. Les patients peuvent aussi présenter un amaigrissement, une perte d’appétit, une fatigue importante. Dans un cas sur deux, les doigts revêtent un aspect caractéristique en baguette de tambour, avec des ongles bombés.

Comment diagnostique-t-on la fibrose pulmonaire ?

  • Le diagnostic de fibrose pulmonaire est souvent difficile. À l’auscultation, le médecin peut entendre des bruits pulmonaires évocateurs.

La radiographie pulmonaire peut être normale au début. Mais, le scanner visualise, dans un cas sur deux, les zones de fibrose sous forme d’un aspect « en rayon de miel ».

Pour écarter d’autres maladies (maladie liée à l’amiante, silicose des mineurs), on pourra effectuer un lavage des bronches et des alvéoles, ce qui nécessite une fibroscopie ; ce lavage permet de recueillir des cellules pulmonaires pour les analyser.

Parfois, une biopsie de poumon sera demandée. Cet examen exige un geste chirurgical.

  • Afin d’évaluer le degré de handicap respiratoire, on a recours à un test de marche (capacité à l’effort), des épreuves fonctionnelles respiratoires (mesure du souffle), une mesure des gaz sanguins (oxygène, gaz carbonique).

 

Quel traitement propose-t-on dans la fibrose pulmonaire ?

 

    • Les fibroses pulmonaires nécessitent une réhabilitation respiratoire et l’administration de médicament (corticoïdes par inhalation ou par voie générale, éventuellement des médicaments dilatant les bronches) et, si besoin, l’administration d’oxygène.
    • Pour la fibrose pulmonaire idiopathique, il existe de nouveaux médicaments qui peuvent freiner l’évolution de la maladie.
    • Dans les cas évolués, une assistance respiratoire sera mise en place et, parfois, une greffe de poumons tentée.
    • Voyez avec votre médecin comment vous pouvez conserver un certain niveau d’activité physique, et supprimez le tabac.
    • Enfin, les vaccinations contre la grippe et le pneumocoque sont conseillées.