L’ophtalmologie est la discipline médico-chirurgicale appliquée aux maladies de l’œil.
Le spécialiste est l’ophtalmologiste.

Les principaux domaines concernés par l’ophtalmologie sont :

·        les troubles de la vision ;
 

·        le strabisme ;
 

·        la cataracte ;
 

·        le glaucome ;
 

·        le décollement de la rétine ;
 

·        la dégénérescence maculaire liée à l’âge ;
 

·        les infections ;
 

·        les allergies ;
 

·        les traumatismes (plaie, corps étranger, brûlures) ;
 

·        la thrombose des vaisseaux des yeux ;
 

·        les atteintes du nerf optique.

 

Quels sont les signes d’une cataracte ?

Le cristallin est une lentille qui se trouve dans l’œil, composée d’un gel transparent entourée par une capsule ; il permet de faire la « mise au point » sur ce que nous voyons, notamment lors du passage de la vision de loin à la vision de près (l’accommodation). Avec l’âge, le cristallin perd de sa transparence et devient plus dense. Ainsi, la lumière qui pénètre dans l’œil n’est plus perçue comme auparavant. Apparaissent alors :

– une baisse de vision progressive ne pouvant pas être améliorée par un changement de lunettes ;

– un éblouissement ;

– des halos autour des sources lumineuses ;

– une sensation de brouillard avec des objets perçus plus ternes ;

– une modification de la vision des couleurs.

Y a-t-il des facteurs favorisants ?

La cataracte la plus fréquente reste la cataracte due au vieillissement. L’âge est de loin le principal facteur de risque. Cependant, d’autres facteurs ont été mis en évidence : facteurs environnementaux comme les expositions solaires prolongées sans protection ; facteurs génétiques ; diabète ; tabac ; certains médicaments parmi lesquels les corticoïdes ; les traumatismes oculaires.

Dois-je obligatoirement me faire opérer de la cataracte ?

Il n’existe pas actuellement de traitement médical efficace de la cataracte, ni en collyre, ni en comprimé.

Le seul traitement curatif est chirurgical (voir fiche) : le cristallin opacifié est retiré et remplacé par un implant. Les progrès sur le matériau et la qualité optique de ces implants sont constants. C’est l’ophtalmologiste qui, lors d’une consultation précédant l’intervention, calcule la puissance de l’implant en fonction du défaut optique actuel et du résultat souhaité dans votre vie quotidienne. L’ophtalmologiste vous précisera aussi si vous aurez besoin ou non de lunettes après l’intervention.

– porter de montre ou de bracelet du côté de la fistule ;

Quand me faire opérer ?

Lorsque le degré d’opacification du cristallin entraîne une gêne visuelle que vous ressentez au quotidien.

Et si je ne me fais pas opérer ?

En l’absence de traitement, la vue baissera progressivement comme une vitre embuée laisse passer de moins en moins de lumière.

Opération décollement de rétine

Je vais me faire opérer d’un décollement de rétine

 

Le décollement de rétine provoque des troubles de la vue. L’intervention consiste à recoller la rétine sur le fond de l’œil. Il est normal que la vue ne se récupère pas immédiatement après l’opération.

Que faire avant l’intervention ?

L’intervention sur un décollement de rétine nécessite une hospitalisation d’un ou deux jours, mais elle peut aussi être réalisée la journée si les conditions de sécurité sont réunies (opération en ambulatoire).

Il faut prendre une douche et se laver les cheveux avec un produit antiseptique spécial, la veille et le matin de l’intervention si elle est programmée, et être à jeun au moins depuis six heures avant l’intervention. Il ne faut pas non plus fumer ou boire de l’alcool dans les douze heures précédant l’intervention.

Si vous portez des lentilles de contact, il ne faut pas les porter la veille de l’opération.

Comment se passe l’opération d’un décollement de rétine ?

L’intervention est réalisée en milieu chirurgical stérile sous microscope opératoire, le patient étant allongé sur le dos.

L’intervention a une durée extrêmement variable en fonction du type de décollement de rétine à traiter.

Les techniques sont très variées en fonction des cas et reposent sur le principe qui consiste à boucher les trous rétiniens (endroits où la rétine est décollée) et à consolider l’adhérence de la rétine au fond de l’œil par l’application de froid dans cette région (cryothérapie) ou par laser (photocoagulation).

Et juste après l’opération ?

Parfois, une petite bulle de gaz est injectée dans l’œil durant l’intervention pour rapprocher les deux couches séparées. Il faudra alors adopter une position de la tête qui favorise ce rapprochement durant quelques heures après l’intervention.

L’avion est interdit tant que persiste du gaz dans l’œil. Dans tous les autres cas, une vie normale peut être reprise.

Des collyres antibiotiques et anti-inflammatoire sont prescrits pour quelques jours.

Toute douleur ou manifestation indésirable devront alors être signalées au chirurgien.

Ne vous inquiétez pas si votre vue ne récupère pas immédiatement car la dilatation de la pupille et la pression du gaz injecté peuvent troubler la vue dans un premier temps.

Et de retour à la maison ?

• Il faut éviter de faire des efforts physiques importants (sport, jardin, port de charges lourdes qui augmentent la pression dans les yeux).

• Il faut mettre les collyres prescrits, porter une protection oculaire et prendre les traitements indiqués sur l’ordonnance.

• Vous pouvez regarder la télévision, vous laver les cheveux et prendre une douche sans mettre d’eau dans les yeux et reprendre une activité physique raisonnable au bout d’une quinzaine de jours.

• Attendez l’avis de votre ophtalmologiste avant de reprendre la conduite automobile.

• La récupération partielle ou complète de la vue se fera ensuite progressivement, parfois sur plusieurs mois.